Au coeur du présent PDF Imprimer E-mail

d'Osho

Au coeur du présent par Osho

Recto du livre en grand
Verso du livre en grand

ISBN 978-2-940095-23-0
384 pages

Acheter sur
Amazon.fr
Fnac.com
Payot.ch


Un jour, quelqu’un demanda à Osho
s’il avait un message à transmettre à un ami
qui lisait tous ses livres et
qui les soulignait minutieusement.
Osho répondit :
Dites à votre ami que ce que je dis vraiment
se trouve entre les lignes, alors,
quand il souligne, il barre.

Extrait

365. Le commencement

Où que vous soyez, c’est toujours au commencement. C’est pourquoi la vie est si belle, si jeune, si fraîche.

Quand vous pensez que quelque chose est achevé, vous devenez comme mort. La perfection, c’est la mort, aussi les perfectionnistes sont-ils suicidaires. Vouloir être parfait est une façon détournée de se suicider. Rien n’est jamais parfait. C’est impossible parce que la vie est éternelle. Rien ne se conclut jamais ; il n’y a pas de conclusion dans la vie – juste des sommets de plus en plus hauts. Mais une fois que vous avez atteint un sommet, un autre vous défie, vous appelle, vous invite.

Souvenez-vous que, où que vous soyez, c’est toujours un commencement. Ainsi vous restez toujours un enfant, vous restez vierge. Et tout l’art de la vie est là – rester vierge, rester frais et jeune, non corrompu par la vie, non corrompu par le passé, non corrompu par la poussière qui s’accumule ordinairement sur les chemins au cours du voyage. Souvenez-vous que chaque instant ouvre une nouvelle porte.

C’est très illogique, car nous pensons toujours que s’il y a un commencement, il doit y avoir une fin. Mais on n’y peut rien. La vie n’est pas logique. Elle commence, mais ne finit pas. Rien de ce qui vit vraiment ne finit jamais. Cela continue infiniment.

364. Le défi de la nature sauvage

Ce n’est qu’un début. Vous devrez traverser de plus en plus de pays étranges. La vérité est plus étrange que la fiction. Mais soyez courageux.

Avant d’aller à l’intérieur de vous-même, vous ne savez pas quelle partie de vous ne vous a jamais été révélée. Vous avez vécu avec un petit fragment de votre être. Vous avez vécu comme une goutte d’eau alors que votre être est comme l’océan. Vous n’étiez identifié qu’avec la feuille de l’arbre alors que tout l’arbre vous appartient.

Oui, c’est très étrange, parce qu’on commence à se déployer. Il faut absorber de nouvelles réalités. A chaque instant, on rencontre des faits qu’on n’a jamais rencontrés, chaque instant entraîne l’instabilité et c’est le chaos continuel. On ne peut jamais se fixer. On ne peut jamais devenir certain, car qui sait ce qui va s’ouvrir à vous l’instant suivant ?